utilisateur-cigarette-electronique-1602441-728x449SANTE – Malgré quelques accidents, les professionnels du vapotage relativisent la dangerosité de la cigarette électronique…

«Les explosions d’e-cigarettes, c’est comme celles des iPhone. Un utilisateur parmi des millions en est victime et on ne parle que de ça.» Quand on les interroge sur les récents accidents -et notamment l’explosion de la batterie d’une e-cigarette qui a valu des brûlures au deuxième et troisième degré à une habitante de Limoges au début du mois-, les professionnels du vapotage ne manquent pas d’analogies pour relativiser la dangerosité de leur produit. Certains évoquent également les crashs d’avion, tandis que d’autres font le parallèle avec… la cocotte-minute, présumée dangereuse il y a plusieurs décennies. «C’est le même cérémonial pour tous les nouveaux produits, on aime bien se faire peur», balaie ainsi la société French Kiss Vap.

Réunis jusqu’à mardi à Paris pour le Salon international de la cigarette électronique, les vendeurs, grossistes et fabricants reconnaissent bien que le chargeur et la batterie sont des éléments à manier avec précaution. Mais «le potentiel d’explosion est extrêmement faible», assure le co-créateur du suisse Nexvap. D’ailleurs, parler d’«explosion» serait excessif, selon un représentant du fabricant Cigartex, qui préfère parler de «dégazage». Une situation qui peut se produire «si la batterie chauffe», ajoute-t-il, provoquant «une sortie brutale de toute la chimie contenue dans l’e-cigarette». Mais tout cela n’est que théorie, insistent les experts du vapotage.

Attention au mélange

Dans les faits, disent-ils, les produits vendus sur le marché français sont dans leur grande majorité garantis sans explosion. Mais encore faut-il ne pas mélanger les éléments de marques différentes… «C’est ce qui est arrivé à un Anglais. Il avait remplacé le chargeur d’origine par celui d’une autre marque, et le différentiel d’ampérage et de voltage a fait exploser la batterie», explique ce même représentant chez Cigartex. Pas de mélange, pas de risque donc?

En bons commerçants, les e-cigarettiers ajoutent à cette précaution un choix intelligent de son matériel. «En Chine, où sont fabriquées l’écrasante majorité des e-cigarettes, il y a toutes les qualités. Pour ne pas se tromper, il faut miser sur des fabricants sérieux», avance les promoteurs du site eclopediscount.com, qui travaille avec les leaders du marché, comme Joyetech ou Innokin.

La sécurité comme argument de vente

Sur le stand de ce dernier, on se vante d’ailleurs d’être à la pointe sur la question de la sécurité: «Nous avons tous les certificats et surtout, nos ingénieurs américains, européens et chinois effectuent de nombreux contrôles», soutient l’un de ses commerciaux. Quant aux contrefaçons, l’entreprise assure s’en être prémunie en dotant ses e-cigarettes de codes-barres, dont il est possible de vérifier la conformité sur son site. Le suisse Nexvap a lui aussi bien compris que la sécurité était devenue un argument de vente. «Grâce à des codes placés sur nos produits, nous pouvons tracer chacune de nos e-cigarettes et chacun de nos e-liquides, en cas de souci», explique ainsi le cocréateur de la société, qui précise également que des contrôles sévères sont effectués à l’achat des batteries.  

Pour les plus précautionneux des vapoteurs, enfin, une solution pourrait peut-être s’imposer ces prochains mois: l’assurance. Jusqu’ici, les sociétés qui ont investi le marché se sont certes contentées de couvrir les cas de panne ou de casse. Mais si les explosions devaient se multiplier à l’avenir, la liste des risques pourrait bien s’allonger. A en croire les experts du vapotage, on en est toutefois encore très loin.

Source : http://m.20minutes.fr/societe/1446983-explosion-e-cigarettes-vendeurs-fabricants-denoncent-enfumage

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes : 0

Aucun vote jusqu'à présent! Soyez le premier à noter ce post.