L’e-cigarette réservée aux débitants de tabac ?

Le 15 septembre 2015, mis à jour le 12 décembre 2018

L'e-cigarette réservée aux débitants de tabac

Source : http://www.pressreader.com

N’AUTORISER LA VENTE de cigarettes électroniques qu’aux seuls débitants de tabac ? L’idée ne date pas d’hier. Régulièrement réclamée par la Confédération des buralistes de France depuis que les vapoteuses se sont taillé une place — que personne n’avait vu venir —, elle fait un grand retour : cette fois dans l’hémicycle des sénateurs.

Alors que le Sénat est appelé à examiner depuis hier le projet de loi de modernisation de la santé, dans lequel figure le plan de réduction du tabagisme, deux amendements, signés par treize sénateurs au total, ont été déposés en ce sens. Ni droite ni gauche : la mesure que le président de la Confédération des buralistes de France, Pascal Montredon, appelle de ses voeux a visiblement trouvé écho dans les deux camps. Chez les Républicains, c’est le médecin (gynécologue) et sénateurmaire de Sète (Hérault) qui la porte. A gauche, ils s’y sont mis à douze socialistes, dont deux médecins, pour déposer un texte similaire à la virgule près, estimant que tout produit à fumer, mâcher, priser, même s’il ne contient pas de tabac — et sauf s’il est destiné à un usage médicamenteux — doit être assimilé aux tabacs manufacturés… et par consé- quent soumis au monopole de vente des buralistes. « Ce serait logique et cela mettrait de l’ordre dans un marché qui a vu pousser d’innombrables boutiques dont certaines ont fermé, peut-être à la sauvette : nous, on a les douanes sur le dos tout le temps », justifie Bernard Gasc, président des buralistes du Grand Paris.

Les défenseurs de la cigarette électronique, vapoteurs et addictologues, ne le voient évidemment pas du même oeil, mais comme un coup orchestré par l’industrie du tabac. Faire passer la vapoteuse sous monopole revient ni plus ni moins à l’affaiblir, et avec elle la réduction du tabagisme, déjà à la traîne en France, souligne Jacques le Houezec, consultant en santé publique et dépendance tabagique. « Vendre des e-cigarettes exige une bonne connaissance du produit et qu’on prenne le temps, ce qu’aucun buraliste ne fera, quand dans les bonnes boutiques les vendeurs prennent parfois trente mi- nutes pour guider les vapoteurs qui optent pour cette méthode pour arrêter de fumer. » La semaine dernière, ce spécialiste signait avec les principales associations d’addictologues un appel solennel au gouvernement, lui demandant au contraire de compléter son plan antitabac en validant, comme le RoyaumeUni, la place de la cigarette électronique dans l’arsenal du sevrage.

La ministre de la Santé doit déjà batailler pour réintroduire le paquet neutre (écarté en commission à la veille du mois d’août) dans le texte examiné par les sénateurs.

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes : 0

Aucun vote jusqu'à présent! Soyez le premier à noter ce post.

Thomas BONNARD

Vapoteur confirmé depuis décembre 2012, je vous partage ma passion et mes connaissances techniques dans le domaine de la cigarette électronique.