score 1 0 cigarette electronique

Source : http://www.agoravox.fr

Depuis 2009, le marché du tabac subissait une dégradation constante des ventes, avec un pic en 2014 d’environ 5,3 % de baisse. La raison de cette dégringolade est due à un ovni que l’on n’attendait pas dans le monde des cigarettiers : la cigarette électronique.

Alors que le gouvernement cumulait les échecs avec des hausses au compte-goutte, des photos poétiques sur les paquets et des campagnes de prévention, l’industrie pharmaceutique ne faisait pas mieux avec ses patchs et ses substituts nicotiniques.

Jugez plutôt. Au dernier rapport, on a estimé à près de 400.000 le nombre de fumeurs qui ont lâcher le tabac en France grâce à la e-cigarette et, tenez-vous bien, ce chiffre avoisine les 6 millions d’individus quand on parle de l’Europe toute entière. Autant dire qu’il fallait absolument faire quelque chose pour stopper cette hémorragie. Le manque à gagner, tant pour les cigarettiers que pour le fisc français, commençait à devenir préoccupant.

Pour cela, l’industrie du tabac a employé les grands moyens, et croyez-moi, des moyens, elle en a ! Tout d’abord avec ses « délégués », plus de 200 rien qu ‘au Parlement Européen. Ces messieurs sont chargés de rencontrer nos chers parlementaires afin de les convaincre gentiment de faire pencher la balance de leur coté. Pour cela, ils utilisent des moyens conventionnels, rapports, chiffres, manque à gagner et parfois d’autres solutions dont nous éviteront de parler ici afin de ne pas risquer une plainte pour diffamation. Grâce à ses méthodes, l’industrie du tabac a déjà remporter une victoire puisque la cigarette électronique a fait l’objet de tout un tas de mesures restrictives incluses dans la loi anti-tabac alors que c’est un produit qui, logiquement, n’y a pas sa place.

Ensuite, régulièrement, sont apparues des soi-disant études plébiscitées par des laboratoires aux quatre coins du monde statuant sur le fait que la cigarette électronique était aussi dangereuse, voire plus, que la vrai cigarette. Au final, après des analyses plus concrètes de ces rapports, réalisées par des experts en médecine ou en tabacologie, il s’est avéré que les fameuses études avaient été effectués dans des conditions bien différentes de l’utilisation optimale d’une e-cigarette et donc, forcément, ne pouvaient donner que des résultats visant à discréditer l’objet ou le produit analysé. De plus, certaines sources ont trouvé des liens entre certains de ces labos et, oh surprise, certains grands noms de l’industrie du tabac. Ben voyons !

Ajoutez à cela une certaine presse avide de sensations qui, loin d’être objective, publiait des articles sans chercher à en savoir plus et le mal était fait. De près de 20% des fumeurs qui croyaient ou pensaient que la cigarette électronique était aussi dangereuse, voire plus que le tabac, le nombre est passé à près de 50% au dernier rapport.

Et notre gouvernement dans tout cela, quel est son rôle ? Il prône la diminution de la consommation de tabac tout en accordant des subventions aux pauvres buralistes en difficulté. Il sort loi sur loi visant à réduire la vente et la diffusion du meilleur outil jusque là inventé pour lutter contre ce fléau qu’est le tabac et après ça, il nous tient un discours moralisateur sur les dangers de la cigarette. Mais comment peut on faire preuve de tant d’hypocrisie ? Pourquoi ne pas dire clairement que le tabac représente beaucoup d’emplois, beaucoup de recettes fiscales et beaucoup de bénéfices, tant pour ses producteurs que pour l’industrie pharmaceutique dont le cancer, dont 50% des cas sont imputables au tabac, représente des milliards et des milliards de recette par la vente des traitements et médicaments qui y sont liés. Et j’en suis d’autant plus désolé en pensant aux malades, hélas ! Pourtant, quand on fait vraiment les comptes, les maladies liées aux tabac coûtent bien plus plus cher à la Sécurité Sociale que tous les bénéfices engendrés mais ça, on a tendance à l’oublier.

Rien n’y fait que la majorité du corps médical, d’éminents spécialistes, cancérologues, tabacologues, reconnaissent que même si la cigarette électronique n’est pas dénuée de tout danger et que ses effets à long terme ne sont pas connus, tous s’accordent sur un point : elle est bien moins nocive que le tabac. Comparativement, vapoter ou fumer, c’est comme prendre une autoroute à 150 ou la prendre à contresens. A vous de choisir !

Enfin, tout cela pour vous dire qu’enfin, tous ces efforts ont porté leurs fruits. L’industrie du tabac vient de remporter sa première victoire. Les ventes sont enfin reparties à la hausse. Plus 0,3% pour les cigarettes et plus 5,8% pour le tabac à rouler. Les voilà un peu plus rassurés.

Et les 78.000 morts annuels en France dans tout ça ? Et les 6 millions de morts de par le monde ?

Pardon ? Qu’avez-vous dit ? Je n’ai pas entendu….

Comment avez-vous trouvé cet article ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes : 0

Aucun vote jusqu'à présent! Soyez le premier à noter ce post.